La valse à trois temps
Champion - I.B. - Best in Show - Meilleur de Race - Expo - Ring - Classement - Présentation – Jugement - Victoire - Carton - Récompense - Brossage - Spray - Stress - Emotion - Tension et j’en passe, voilà la ronde infernale et chérie à la fois de l’exposant.

Tout est en place, les angoisses pour le propriétaire, le chien, victime obeissante et là-bas au loin, la silhouette du Juge qui se profile.

Le manège enchanté commence !

Handlers
Et tourne, tourne, et tournent les chiens, et tournent les têtes, et tournent les yeux, et du Juge, et des chiens, et des exposants; les coeurs s’emballent, on retient son souffle. STOP !
Le Juge va officier.

L’émotion gagne les exposants, le Juge, investi de tous les pouvoirs, est le seul maître après Dieu sur le ring. Sa responsabilité est grande, c’est de lui que dépendent le maintien et l’avenir de la race. Il est la clef de voûte de tout le système.

Aussi passionné de chiens que l’éleveur, il forme avec ce dernier et le standard une valse à trois temps où le standard doit battre la mesure.

Comparaison
Ils en ont rêvé...ils l'ont fait !
Dessin 1977 - Lhassa Actuel
Qui de vous amateurs d’expositions, n’a retrouvé là l’image de cette ambiance si particulière de la vie canine, qui serait à la limite une fête insouciante et joyeuse, si derrière la façade des flonflons et des artifices, la raison majeure de cette manifestation n’était en fait qu’une chose fort sérieuse :
la présentation et le maintien des races canines par rapport à leur standard, c’est-à-dire, selon l’expression que lui a consacré le professeur Déchambre, leur portrait-type, alors que de nos jours elle a été remplacée par le “SHOW” , avec des “SPECIAL DOGS” - chiens qui vivent sans exercices, sauf sur tapis roulant, en cage, pour ne pas abîmer leur poil en papillotte, qui ne boivent qu’à travers la pipette, ne mangent jamais une bonne pâtée pour ne pas abîmer barbe et moustache et que d’autres choses encore...

Croyez vous vraiment que ce type de chien fasse avancer une race ? C’est une aberration et pour les Juges et pour le Club et pour les éleveurs d’accepter un tel système. C’est se rendre complice d’une oeuvre contre nature.

Pensez vous que ces manières d’agir soient compatibles avec le respect que l’on doit aux animaux ?

Le rôle du Juge est d’apprécier la conformité d’un chien aux normes définies dans le standard.
Ces normes sont de deux sortes:

• 1) Qualitatives - pouvant certes être sujettes à une certaine subjectivité, mais justement, si l’on a besoin des Juges c’est pour éviter une dérive.
• 2) Quantitatives - dont l’appréciation ne peut être qu’objective.

Pour aider les éleveurs à progresser, le Juge doit fonder sa décision afin qu’elle puisse être comprise par les candidats.
Rufkins Il doit donc fixer son choix, non sur le chien le plus spectaculaire mais sur celui qui représente le mieux le standard, sinon où irait la race ?

C’est donc parce que les Juges n’ont pas respecté cette règle élémentaire que l’on est probablement arrivé à une telle situation.
Pourquoi ne pas mettre dans le ring le standard en poster? Cela permettrait à tous de mieux comprendre les jugements.

Pourquoi aussi, ne pas appliquer l’échelle de points. C’est une bonne méthode. Dès 1894, le professeur Déchambre en a exposé les principes. Il est attribué à chaque région une note chiffrée dont l’addition donnerait pour l’animal idéal, le nombre de 100 points.
Le Dr Luquet, en collaboration avec le Dr Hérout, avait élaboré une échelle de points type pour la majorité des races.

Echelle de Points
Détails
Points
Tête
Crâne Front Oreille Yeux Museau Mâchoires Stop Nez Dentition
25
Encolure
Epaule Membres Antérieurs
15
Poitrine
Reins Ligne de dessus / dessous
15
Croupe
Membres postérieurs
15
Pieds
5
Queue
Forme Port Attache
5
Poil
Texture Couleur
5
Caractères de Race
Harmonie Allure Pigmentation Taille
15
Total
100

Pour le Lhassa Apso, le Club pourrait distribuer aux Juges, des imprimés à remplir, avec l’échelle de leur choix.
Le Dr Luquet nous fait remarquer que dans le passé, tous les anciens cynologues français et étrangers, de même que les Clubs, ont publié des échelles de points dans leurs études raciales, ou à la suite du standard de leur race et déplore qu’à l’époque actuelle, nous semblions très en régression sur ce sujet.

Mademoiselle Dupont, qui a consacré plus de trente ans de sa vie à l’élevage des Lhassas, était très partisane de l’échelle de points.

Pour les Clubs de race cela constituerait des analyses du cheptel beaucoup plus précises car ces informations, mises en ordinateur, donneraient immédiatement la position de la race et pourraient essayer de remédier immédiatement aux éventuels défauts à corriger .
En tout cas, cela ne serait pas plus mal que des appréciations telles que “bon” - “très bon” etc...extrèmement subjectives et difficiles à contrôler quand il s’agit de juger une quarantaine ou cinquantaine de sujets.

Le bon chien sera forcement beau, alors que le beau chien n’est pas forcément bon.

C’est, il me parait, le seul moyen de faire progresser la race dans le bons sens.
Galaxiy
Yolande De Zarobe

Pastel
Page précédente Sommaire Page Suivante