Les Ides de Mars ont été orageuses à la Cruft, cette année 2009.

Cette respectable institution, incontournable manifestation canine mondiale, a vacillé sur ses bases.

Devant les accusations de la RSPCA, défenseurs de la protection animale, qui s'insurgent contre la maltraitance infligée aux animaux, afin d'obtenir des sujets hypertypés et la position de la BBC renchérissant sur le fond, qui a refusé de transmettre l'événement à la TV comme elle a coutume de le faire depuis 42 ans, privant ainsi 14 millions de spectateurs du Royaume Uni de cette grande manifestation.

Il a fallu toute la sagesse des organisateurs du Kennel Club pour éviter le pire.

Tout cela ne date pas d'aujourd'hui. Le feu couve sous la cendre depuis bien longtemps déjà.

Les masques sont tombés, il va falloir affronter la réalité.

Toutes ces manipulations génétiques, ces excès, ces abus, tout ce qui a été dénoncé ce n'est pas une génération spontanée qui a produit ces animaux, victimes de nos avidités.

Depuis plus de trente ans, le style outrancier a dominé dans les expositions canines.

Bien peu nombreux sont ceux qui ont tiré le signal d'alarme, les scientifiques eux mêmes n'étaient pas écoutés. Les tourbillons du succès endormant la lucidité, c’était dans  l'air du temps mais l'air du temps aujourd'hui n'est plus celui d'hier.

Ce que les hommes n'ont pas vu, ou n'ont pas voulu voir c'est notre vieille « Terre » qui nous a rappelé à l'ordre. Attention, arrêtez vos actions d'apprenti sorcier, dans tous les domaines, c'est une question de survie. Ne jouez pas avec la nature.

C'est dommage que les juges, qui seuls avaient le pouvoir de stopper tous ces excès dès le début ne l'aient pas fait, car s'ils n'avaient jamais accepté les premiers chiens hypertypés, au mépris du bien être le plus élémentaire de l'animal, ce style ne se serait pas rependu de par le monde.

Comment ceux qui consacrent le résultat du travail de l' éleveur n'ont-ils pas eu un reflexe de bon sens et senti, sous l'aspect souvent flatteur de l'animal en phase de beauté, tout ce qu'il pouvait y avoir de non avouable et de dangereux pour l'espèce.

Cette question ne trouve pas de reponse, elle est cependant importante, car au fond tout le mal vient de là.

On ne peut pas imaginer que c’est un manque de connaissance des juges, ils  connaissent le CHIEN,  alors c’est un état d’esprit qui va avec l’époque.

Etre fièrs de l’amellioration des races, lutter contre les tares, trouver de nouvelles méthodes de soins, pourquoi, si derrière la façade on crée des races qui sous pretexte de beauté sont des véritables infirmes.

C’est un paradoxe difficilement expliquable.

Mais la reforme est déjà en marche, le Kennel Club, parmi diverses mésures, va entreprendre un programme d’éducation comprehensive pour s’assurer que seul les chiens en bonne santé seront primés par les juges dorenavent.

Il appartiendra desormais aux juges d’être ce qu’ils n'auraient  jamais dû cesser d’être, LES GARDIENS DE LA NATURE

Dieu pardonne toujours

L’homme quelquefois

La nature jamais.

Yolande De Zarobe